Actualités

27/12/2016

Les « personnalités hardies » face au stress et au burnout – le concept de « Hardiesse »


Mis à jour par Maddi et Kobasa, l’étude approfondie de ce concept a démarré au début des années 1960. Le point de départ était une étude de Maddi portant[in1] [I2] [I3] [I4] [I5]  sur le désir de nouveauté et de créativité comme moyen de réduire le stress. Il élabora ensuite avec Kobasa dans le courant des années 1970, une théorie existentielle de la personnalité. Dans un contexte industriel déjà défavorable au développement de l’être humain au travail, apparaissent alors de nouvelles aspirations existentielles de recherche de sens même au travail. C’est aussi à cette époque que l’on établit de plus en plus des liens entre certaines pathologies et le stress….

 Cette théorie existentielle de la personnalité met en lumière 3 aspects inter-reliés qui constituent les fondements de la personnalité hardie :

-        Le sens de l’engagement

-        Le sens de la maîtrise

-        Le sens du défi

 1.    Le sens de l’engagement

La personne hardie a tendance à s’impliquer dans toutes les activités entreprises ou situations rencontrées. Active, motivée, elle exprime de l’enthousiasme et de l’intérêt vis à vis de la vie en général et de son travail en particulier.

 2.    Le sens de la maîtrise

La personne hardie a le sentiment de bien répondre aux contraintes extérieures et possède la croyance de pouvoir influencer le cours des événements dans sa vie. Possédant la confiance en elle et en sa capacité d’atteindre ses objectifs, elle a le sentiment d’être libre de ses choix et elle sait poser ses limites.

 3.    Le sens du défi

Apte à relever des défis et attirée par la nouveauté, la personne hardie perçoit le changement comme un stimulus important pour sa croissance et son développement personnel. Elle est plus centrée sur la réalisation de soi que sur la stabilité et la sécurité.

 Quelles sont les implications de la hardiesse au niveau de la santé au travail ?

 La hardiesse protège de :

-        L’épuisement professionnel

-        De la détresse psychologique

-        D’une perception élevée des stresseurs

La hardiesse renforce :

-        Le niveau de bien-être au travail

-        La qualité de vie au travail

-        les pratiques de santé (et les défenses immunitaires ?)

 Conclusion : la personnalité hardie est une des personnalités les plus protectrices des effets délétères du stress et donc peu susceptible de faire un burnout.

 

Source : Professeur Philippe Delmas, Haute Ecole de la Santé La Source à Lausanne